Nous vous entendons d’ici nous dire « pfff… les assurances, c’est quand on en a besoin qu’elles ne sont pas là… » C’est vrai que faire jouer son assurance peut parfois être le parcours du combattant. Néanmoins, nous constatons trop souvent aussi que l’assuré ne fait pas jouer son assurance dans certains cas, alors qu’il le devrait ! Alors, un peu de bon sens : tout d’abord, on lit bien et son se fait bien expliquer ses contrats par son courtier. Ensuite, en cas de problème, on appelle le dit courtier et on lui demande si on est couvert. Enfin, on choisit ses assurances en fonction de son activité, du niveau de risque, de la réglementation et des capacités financières de l’entreprise, et on négocie les prix avec son assureur. Comme ça, on s’assure de bien s’assurer !

Voici une liste des assurances les plus courues (il en existe bien d’autres en fonction de l’activité de l’entreprise, comme l’export, le transport, les données informatiques etc) :

  1. 1) Assurer les biens : couvertures des risques potentiels extérieurs (inondation, vol, incendie…)
  2. 2) Assurer les pertes d’exploitation : permet de couvrir les charges en cas d’impossibilité de poursuite de l’activité ou de la production, pendant un certain temps
  3. 3) S’assurer contre les impayés : garantie en cas de défaillance d’un client
  4. 4) La RC Pro (Responsabilité Civile Professionnelle) : pour les dommages occasionnés à des tiers – obligatoire pour certaines activités (professions réglementées, artisans du BTP…) - Les experts d’Alternatum Office n’ont de cesse de conseiller aux créateurs et dirigeants d’entreprise de souscrire à une RC Pro, même si celle-ci n’est pas imposée.
  5. 5) Assurer les véhicules utilisés par l’entreprise : obligatoire pour toutes les activités

Nous vous conseillons donc de faire un bilan des assurances auxquelles vous avez souscrit ou non, et de bien analyser le niveau de risque par rapport à votre activité. S’il ne sert à rien d’être sur-assuré, il est primordiale (et parfois obligatoire) de l’être a minima.